Et oui en ce moment c’est la galère. Dans le mois qui vient de s’écouler nous avons perdus pas mal de veaux qui avaient à peine une semaine. A cet âge là un veau n’est pas une grosse perte mais lorsqu’on sait que nous ne les vendront pas à l’automne cela fera un trou assez conséquent.

Vendredi nous avons été controlés par la DDAF (Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt) afin de vérifier si tous nos animaux ont bien deux boucles d’identification et que chacun d’entre eux à bien un passeport. A chaque naissance nous devons identifier nos animaux par la pose d’une boucle à chaque oreille.1bouclevisuelpop1.gif

 Nous transmettons les informations concernant l’animal à l’Etablissement De l’Elevage de notre département. Nous devons déclarer le jour de la naissance du veau, le numéro d’identification des parents (que l’on retrouve sur les boucles), le sexe, la race. En plus de tout cela, lorsque l’on fait du suivi de croissance, comme nous le faisons, nous devons déclarer le poids du veau à la naissance, s’il s’agit de jumeaux, si sa mère à vêlé facilement. Ces trois dernières choses permettent de classer les taureaux.

m111.jpg

Ce passeport suit l’animal de la naissance jusqu’à sa mort. Seule la partie verte change à chaque nouveau propriétaire car elle contient aussi des informations sur le cheptel. Le vendeur  date et le signe la carte verte ainsi que le passeport (au dos). La carte verte est prise par le vétérinaire de l’acheteur lors de la prise de sang obligatoire à l’achat afin de détécter d’éventuelles maladies. Une nouvelle carte verte est renvoyée à l’acheteur par le Groupement de Défense Sanitaire de son département.